Comment entretenir sa VMC ?

entretien VMC

Une VMC non nettoyée ni entretenue peut avoir des conséquences néfastes sur l’habitation. Au fil du temps, elle s’encrasse, perdant de son efficacité tandis que l’accumulation des poussières accélère le vieillissement de l’installation. En outre, le moteur peut finir par surchauffer, ce qui risque de provoquer un incendie. Voici donc quelques conseils pour bien entretenir sa VMC et procéder à son nettoyage régulier.

Quand procéder au nettoyage de sa VMC ?

Le moment le plus approprié pour nettoyer sa VMC est le printemps. En effet, pendant l’hiver, l’installation a été utilisée de manière intensive, en raison du chauffage et du manque d’aération ; en outre, sous l’effet du chauffage, la poussière a tendance à remonter au plafond, ce qu’il fait qu’elle s’accumule encore plus dans la VMC. Il faut donc, à l’issue de la période de grand froid, procéder à un nettoyage en profondeur. Mais, à côté de celui-ci, un dépoussiérage trimestriel est conseillé.

Comment nettoyer sa VMC ?

Au préalable, il est essentiel de couper le courant. Ensuite, il faut démonter les bouches d’aération, éléments particulièrement sollicités et par conséquent extrêmement sales ; celles-ci se trouvent soit au plafond, soit sur un pan du mur. Un aspirateur ou un chiffon humide permettra d’ôter les résidus de poussière qui stagnent aux entrées d’air. Puis, à l’aide d’un dégraissant, il faut nettoyer le ventilateur et les filtres. Enfin, il convient de terminer par un dépoussiérage de l’intérieur des tuyaux. Une fois les bouches d’aération sèches, on peut les remettre en place.

L’entretien régulier de sa VMC

Tous les trois mois environ, il est important de dépoussiérer les bouches d’aération et de les laver avec une éponge imbibée de savon. Certains éléments doivent par ailleurs être régulièrement vérifiés et changés le cas échéant : cela concerne notamment les filtres et les éventuelles piles. Il faut aussi s’assurer du bon alignement du caisson qui abrite la roue du ventilateur et de la bonne tension de la courroie, afin de prévenir une panne éventuelle ou un risque de surchauffe du moteur. Enfin, il faut savoir que dans le cas d’une VMC double flux, munie d’un échangeur, il faut demander tous les cinq ans environ l’intervention d’un installateur agréé pour qu’il précède au nettoyage de cet élément.

Si vous souhaitez appeler un professionnel pour l’entretien de sa VMC, vous trouverez toutes les coordonnées nécessaires dans l’annuaire du site.

Pour en savoir plus :

Articles en relation